Daniel Gladiš : Nous voyons le plus d'opportunités en Amérique du Nord, où un producteur de pétrole sous-évalué a…

La semaine dernière, l'attention s'est principalement portée sur la Réserve fédérale, qui a de nouveau relevé les taux d'intérêt de 75 points de base. L'environnement inflationniste actuel ne connaît peut-être pas de fin aux yeux des investisseurs, ce qui semble également être un scénario possible pour au moins les prochains mois. Pour analyser ce sujet, c'est-à-dire les prochaines perspectives, les opportunités sur le marché boursier et où placer son argent en ce moment, j'ai contacté le célèbre investisseur tchèque Daniel Gladiš.

Daniel Gladiš

Qui est Daniel Gladiš ?

Daniel Gladiš est le cofondateur du fonds d'investissement Vltava Fund, qu'il a fondé en 2004 et dont il est toujours administrateur. Vltava Fund est un fonds d'investissement axé sur la valeur, destiné aux investisseurs qualifiés. Daniel Gladiš est (entre autres) également l'auteur de livres intéressants sur les investissements (par exemple - Learn to Invest et Stock Investing).

Au cours de cette année, je me suis souvent demandé quand les investisseurs de notre communauté ont réellement commencé à investir. Dans l'ensemble, il s'avère que nous avons un nombre énorme de débutants et d'investisseurs qui n'ont commencé à investir que récemment (disons entre quelques mois et quelques années). Pour beaucoup d'entre eux, c'est certainement un très mauvais moment pour commencer, car aucun savant n'est tombé du ciel et, dans de nombreux cas, ils ont commencé à investir au plus fort de l'ère des covides ou cette année, alors que les marchés boursiers sont universellement en baisse. Ma première question s'adresse donc à cette catégorie d'investisseurs qui connaissent leur première période difficile et voient des pertes dans leur portefeuille.

Que recommandez-vous à ces investisseurs en cette période difficile ? Avez-vous des conseils spécifiques ?

S'ils veulent continuer à investir, il est bon de ne pas se décourager. Personne n'a appris du paradis et chaque revers peut être utilisé pour aller de l'avant. D'autre part, il est bon de se rappeler que la bourse n'est pas un endroit où l'on peut s'enrichir facilement et sans travail. C'est un endroit où l'on peut investir de l'argent dans des actions d'entreprises individuelles sur le long terme et bénéficier des résultats de leurs activités. Je vous recommande donc de lire d'abord, puis de réfléchir longuement, et seulement ensuite d'investir. Procédez lentement, n'abordez que des sujets que vous avez l'impression de comprendre et assurez-vous systématiquement que ce que vous payez (prix) est bien inférieur à ce que vous recevez en retour (valeur).

Ceci étant dit, une autre question me vient à l'esprit : dans la période actuelle, où recommanderiez-vous aux débutants ou aux personnes ordinaires qui ne veulent pas voir leur argent englouti par l'inflation sur leur compte bancaire de conserver leur argent ?

L'environnement dans lequel nous vivons et vivrons probablement encore longtemps, un environnement de taux réels négatifs, exclut fondamentalement les liquidités et les actifs de la dette de la gamme appropriée d'investissements. Les investissements doivent donc être orientés principalement vers des actifs en actions (actions d'entreprises, immobilier). Il y a plus de chances que le rendement de ces investissements compense la perte de valeur de l'argent causée par l'inflation.

Il y a quelques jours, nous avons pris connaissance des dernières données concernant l'IPP et l'IPC américains, qui n'avaient rien de réjouissant. Tout le monde se penche actuellement sur la question : Quand la Fed sera-t-elle en mesure de maîtriser l'inflation et, avec elle, ce que nous pouvons attendre pour le reste de l'année sur les marchés boursiers ? Une myriade d'informations et d'opinions circulent, et de nombreux économistes et analystes ne parviennent pas à se mettre d'accord sur les prochaines perspectives. Par exemple, pour l'indice S&P500, Bank of America voit des valeurs d'environ 3 600 points à la fin de l'année, tandis que JPMorgan, par exemple, prévoit des valeurs d'environ 4 800 points. C'est une différence incroyablement importante. Vers quel scénario penchez-vous le plus ?

Je n'ai pas d'opinion sur les marchés boursiers pour le reste de l'année, et je ne passe pas mon temps à essayer de m'en faire une. Lorsque je choisis des investissements, j'essaie de regarder bien au-delà de l'horizon des événements actuels, dont la signification ne joue donc qu'un rôle marginal dans mes considérations.

Où voyez-vous actuellement les plus grandes opportunités en termes d'investissement (Amérique, Europe, Chine) ? Pourriez-vous également nous dire où vous percevez actuellement le moins de risques ? Si l'on examine rapidement ce qui se passe actuellement aux États-Unis, en Europe et en Chine, l'environnement ne semble pas idéal, surtout si je m'adresse à nouveau à l'investisseur novice qui peut être très préoccupé par l'inflation, la crise énergétique, les marchés immobiliers et un certain nombre d'autres événements.

Les gagnants à long terme seront les pays (et les entreprises) qui ont accès à une énergie bon marché. C'est pourquoi nous avons la majorité de notre portefeuille en Amérique du Nord, et c'est aussi là que nous voyons le plus d'opportunités. Mais il y en a aussi beaucoup au Royaume-Uni, par exemple, et le marché japonais dans son ensemble est également bon marché.

Source.

Enfin, j'aimerais vous demander quelles sont les actions (le cas échéant) que vous avez récemment incluses dans votre portefeuille (+les raisons qui vous ont amené à le faire) ?

Cenovus Energy $CVE-0.7% est la dernière action que nous avons ajoutée au portefeuille au cours de cette année. Il s'agit de l'un des plus grands producteurs de pétrole au Canada et, selon nous, le marché sous-estime la hausse des prix du pétrole à long terme. Cela rend l'action de Cenovus très attrayante à nos yeux.

Conclusion

Je suis heureux que M. Gladish ait pris le temps de me donner son avis, car c'est un autre investisseur que je respecte et je me souviens aussi de l'époque où je lisais ses livres sur l'investissement, à mes débuts. J'aime le fait qu'il reconnaisse les classiques éprouvés, c'est-à-dire qu'un investisseur ne doit pas se décourager et qu'il doit aussi faire attention à l'éducation, qui est essentielle avant le point final, c'est-à-dire l'investissement final. J'ai été assez surpris par l'orientation et la vision des possibilités d'investissement au Royaume-Uni, où je n'avais pas personnellement investi auparavant.

Les meilleures idées :

  1. Avancez lentement, ne vous engagez que dans des domaines que vous avez l'impression de comprendre et assurez-vous systématiquement que ce que vous payez (prix) est bien inférieur à ce que vous recevez en retour (valeur).
  2. Les gagnants à long terme seront les pays (et les entreprises) qui ont accès à une énergie bon marché.
  3. Selon nous, le marché sous-évalue Cenovus Energy, l'un des plus grands producteurs de pétrole du Canada.

Pour d'autres articles et informations aussi intéressants, gardez un œil sur Bulios et, bien sûr, sur Daniel Gladish, qui a apporté son point de vue.

Veuillez noter qu'il ne s'agit pas d'un conseil financier. Chaque investissement doit faire l'objet d'une analyse approfondie.

Lire l'article complet gratuitement?
Alors continuez 👇

Vous avez un compte ? Puis connectez-vous . Ou en créer un nouveau.

No comments yet
Timeline Tracker Overview