Le plus grand krach boursier de tous les temps arrive, c'est le dernier avertissement de Robert Kiyosaki.

Depuis quelques années, Robert Kiyosaki, auteur de Rich Dad, Poor Dad, fait régulièrement des prédictions sur l'évolution de l'économie. Ses prédictions sont généralement très pessimistes. Le dernier en date ne fait pas exception. Kiyosaki pense que le plus grand crash boursier de l'histoire de l'humanité est à venir. Quelles sont les raisons qu'il donne ?

Veuillez noter que dans la première moitié du texte, je ne donne que le point de vue de Robert Kiyosaki et ses opinions.

Selon Kiyosaki, le plus grand fonds de pension américain, le géant CalPERS, va faire faillite. Cela signifie que les pompiers, les enseignants et les fonctionnaires en général se retrouveront sans pension. Ce ne sera pas seulement un problème pour eux, car l'argent des retraites est investi partout. Dans des immeubles, dans des REITs, ou peut-être des obligations.

Kiyosaki craint que la fin de l'empire américain ne soit proche. Il accuse la Fed, le Trésor et le gouvernement d'être responsables de sa chute. Ils ont tellement déformé le dollar américain qu'ils ont dû faire en sorte que les gens restent calmes. Ils ont trouvé le moyen d'imprimer de l'argent, ou plutôt de procéder à un assouplissement quantitatif, qui, bien qu'il ait pris fin l'année dernière, comme nous pouvons le constater, gonfle la bulle depuis 2008. On nous rappelle que l'argent est le résultat d'un travail, d'une production. Par conséquent, si nous ne payons pas les gens pour travailler, nous ne les payons que pour éviter les révolutions, les coups d'État. C'est, après tout, l'une des causes de la fin de l'Empire romain. C'est pourquoi Kiyosaki pense que la fin des États-Unis en tant que puissance mondiale est proche. Parce que l'argent est corrompu.

Total des actifs de la Fed, source : federalreserve.gov

Que se passe-t-il avec la Fed ? La Fed n'a soi-disant aucun pouvoir, elle n'est que l'ombre du système bancaire parallèle européen, qui a plus de pouvoir. La Fed essaie de nous dire que nous avons de l'inflation, mais en réalité nous avons une dépression. C'est pourquoi Kiyosaki achète de l'or, de l'argent et des bitcoins. Il ne fait pas confiance à la Fed, au Trésor ou à Wall Street, donc il achète des actifs en dehors de leur système. Les États-Unis se dirigent vers le même destin que le Zimbabwe, qui est embourbé dans l'hyperinflation.

Source : forbes.com

La Fed essaie de pousser la courbe de rendement avec les taux d'intérêt. Mais nous devrions vraiment nous intéresser à la courbe des eurodollars. Chaque fois qu'il s'inverse, il y a une tragédie après. Donc, si la courbe est à nouveau inversée, le plus grand effondrement suivra. Quand la courbe de rendement s'inverse-t-elle réellement ? Il est rare que le rendement d'une obligation à long terme soit inférieur au rendement d'une obligation à court terme de même qualité de crédit. C'est un énorme problème pour le marché boursier en particulier.

Les réflexions de Robert Kiyosaki sont développées dans cette vidéo :

https://www.youtube.com/watch?v=ackxvlsq2_w&ab_channel=FREENVESTING

Résumé

Je voudrais maintenant commenter les opinions de l'auteur de Rich Dad, Poor Dad.

Kiyosaki est connu pour aimer et souvent prédire divers scénarios pessimistes. Il semblerait qu'il fasse peur aux gens. Il n'a pas ménagé ses prédictions sur la chute du dollar, les crises économiques et, bien sûr, le krach boursier de ces dernières années. Et je pense qu'il n'a jamais été aussi proche de cela, et qu'une crise plus importante est à venir.

L'une des nombreuses raisons en est la hausse des taux. La Fed a récemment relevé ses taux à 3,25 %, mais elle ne va pas s'arrêter en si bon chemin, puisqu'ils devraient dépasser 4,5 % d'ici l'année prochaine. À l'heure actuelle, les taux sont donc fixés à leur niveau le plus élevé depuis la crise financière de 2008. Et comme nous le savons, les hausses de taux ne sont pas particulièrement agréables pour les actions, tandis que les rendements obligataires augmentent en conséquence.

Perspectives économiques nouvellement révisées pour les 3 prochaines années, source : federalreserve.gov

LaFed elle-même apprivoise les perspectives économiques. Selon ses projections, l'économie américaine ne devrait connaître qu'une croissance de 0,2 % du PIB cette année, ce qui représente une baisse significative par rapport aux prévisions de croissance de 1,7 % présentées en juin. Pour l'année prochaine, la croissance devrait être de 1,2%, contre 1,7% initialement. De même, le chômage devrait augmenter, avec un total de 3,8%, contre 3,7% initialement. L'année prochaine, il devrait atteindre 4,4 %, contre 3,9 % prévus précédemment. Les perspectives d'inflation se sont également détériorées. Bien sûr, il s'agit de prévisions. Ils pourraient bien être pires en réalité.

Les prévisions mentionnées concernent uniquement l'économie américaine. Comme nous le savons, l'Europe a encore plus de problèmes. Surtout en matière d'énergie, car les États-Unis n'ont pas à faire face à des problèmes de prix extrêmes de l'énergie. La guerre en Ukraine, qui n'est pas un très gros problème pour les États-Unis, est liée à cela.

Personnellement, je ne peux prédire que le marché boursier, je ne suis pas économiste. Je ne le verrais pas aussi tragique que Kiyosaki. À mon avis, nous avons dépassé de façon réaliste certains des ralentissements. Le S&P 500 $^GSPC+0.3% est déjà en baisse de 23% depuis le début de l'année, ce n'est pas une petite baisse. Il est tout à fait possible que le marché chute encore de 10 %. Je peux imaginer une baisse supplémentaire de 20 %, ce qui représenterait une perte totale de 43,36 % par rapport au sommet annuel. C'est vraiment beaucoup, d'un autre côté, historiquement, ces baisses se sont déjà produites auparavant. En outre, les dix dernières années et plus ont été extrêmement rentables. Aucun arbre ne pousse jusqu'au ciel.

Lire l'article complet gratuitement?
Alors continuez 👇

Vous avez un compte ? Puis connectez-vous . Ou en créer un nouveau.

No comments yet
Timeline Tracker Overview