Profitez du rachat de VMware par Broadcom : Un jeu d'arbitrage avec un potentiel d'appréciation de 21%.

L'acquisition de VMware par Broadcom pour 61 milliards de dollars, annoncée en mai, est devenue la troisième plus grande acquisition technologique de l'histoire, derrière l'achat d'Activision Blizzard par Microsoft pour 69 milliards de dollars et l'acquisition de Dell par EMC en 2016 pour 67 milliards de dollars. Nous pouvons maintenant parier sur la réalisation de cette acquisition avec un rendement pouvant atteindre 25 %.

Broadcom rachète VMware pour 61 milliards de dollars

L'époque où Broadcom $AVGOétait connue-0.3%comme une marque qui fabriquait des puces et du matériel est révolue. La version moderne se transforme en un conglomérat qui absorbe des entreprises, souvent dotées de technologies anciennes, et trouve des moyens de les gérer de manière indépendante et rentable. Ce nouvel achat représente une évolution importante de la fabrication traditionnelle de matériel informatique vers le monde émergent des logiciels.

Les actionnaires de VMware peuvent choisir de recevoir 142,5 dollars en espèces pour chacune de leurs actions VMware ou 0,252 action Broadcom si la transaction est réalisée, soit une prime de près de 21 % par rapport au cours actuel de l'action. La transaction est ensuite soumise à l'approbation des autorités réglementaires et à d'autres conditions de clôture habituelles, notamment l'approbation des actionnaires de VMware. La clôture de l'opération est prévue pour l'exercice 2023 de Broadcom.

Pourquoi VMware ?

VMware est un éditeur de logiciels qui propose des solutions dans les domaines des applications modernes, de la gestion et de l'infrastructure du cloud, des réseaux, de la sécurité et des espaces de travail numériques. Après s'être séparé de Dell Technologies en novembre 2021, VMware est devenu une entité distincte. Le fournisseur de logiciels opère dans trois segments : les licences, les abonnements et les services logiciels.

Il crée un logiciel presque indispensable utilisé par les développeurs et les équipes de développement pour créer et exécuter des machines virtuelles. Il est depuis longtemps populaire auprès des développeurs, car il leur permet de regrouper tous les fichiers et le système d'exploitation d'une machine particulière dans un fichier qui peut être facilement dupliqué.

La société basée à Palo Alto, en Californie, opère et vend dans le monde entier, la moitié environ de ses revenus provenant des États-Unis par le biais de ventes directes, de distributeurs et de partenariats.

Machine d'acquisition pour le compte de Broadcom

Broadcom prévoit d'intégrer certaines de ses autres activités logicielles à VMware et de les exploiter toutes sous la marque "VMware". L'entreprise a déjà rassemblé un large éventail de sociétés de logiciels. Parmi les marques qui se trouvent désormais sous l'égide de Broadcom figurent Arcot, Symantec, Clarity et Rally.

Chronologie du portefeuille de Broadcom

"Cette transaction réunit nos activités de pointe dans le domaine des semi-conducteurs et des logiciels d'infrastructure avec un pionnier et innovateur emblématique dans le domaine des logiciels d'entreprise, repoussant ainsi les limites de ce que nous pouvons offrir à nos clients", a déclaré Tan Hock Eng, PDG de Broadcom.

La fusion offre également aux deux entreprises une chance de se diversifier. Broadcom abandonne la fabrication de puces et de matériel pour se concentrer sur le potentiel de marges plus élevées des logiciels. VMware a accès à la partie matérielle et à la stabilité à long terme de l'activité matérielle.

L'opération fait l'objet d'une enquête des autorités antitrust.

L'acquisition de l'éditeur de logiciels VMware par le géant des puces Broadcom, pour un montant de 69 milliards de dollars, fait l'objet d'une longue enquête antitrust à Bruxelles, les autorités de réglementation craignant que l'opération ne nuise à la concurrence dans le secteur technologique mondial. Les fonctionnaires de l'UE craignent que la fusion n'entraîne des pratiques déloyales, notamment d'éventuelles hausses de prix de la part du fabricant américain de puces.

De nombreuses acquisitions importantes font l'objet d'une enquête similaire, connue dans les milieux européens sous le nom de "phase 1", qui prend généralement plusieurs mois. Toutefois, il est possible que les autorités de l'UE envisagent de mener une enquête plus détaillée de "phase 2", qui pourrait prendre plus d'un an et pourrait finalement faire échouer la transaction.

Un mot de conclusion

Le prix actuel de VMware reflète l'incertitude entourant la réalisation de l'opération. Les actionnaires de VMware doivent avant tout garder un œil sur l'évolution de la situation sur le plan réglementaire, car cela semble être un obstacle majeur. Toutefois, en tenant compte de ce risque, une récompense de 20 % ou plus d'appréciation me semble attrayante.

CLAUSE DE NON-RESPONSABILITÉ : Toutes les informations contenues dans le présent document sont fournies à titre d'information uniquement et ne constituent en aucun cas une recommandation d'investissement. Faites toujours votre propre analyse.

Lire l'article complet gratuitement?
Alors continuez 👇

Vous avez un compte ? Puis connectez-vous . Ou en créer un nouveau.

No comments yet
Timeline Tracker Overview