Résumé de l'actualité de ces derniers jours aux États-Unis.

Récession, récession, récession. Nous l'entendons sans cesse, même si nous nous bouchons les oreilles. Je l'ai beaucoup entendu ces derniers temps, alors voyons ce qu'il en est. Déclarations récentes de stratèges économiques.

Joseph Little, stratège en chef mondial chez HSBC Asset Management : "Le scénario de la prochaine récession ressemblera davantage à la récession du début des années 1990, notre scénario central étant une baisse de 1 à 2 % du PIB."

Marko Kolanovic, stratège en chef chez JPMorgan Chase : "Nous prévoyons un contexte plus difficile pour les actions [...] compte tenu du ralentissement de l'économie et de la récession probable à partir du 4e trimestre 23/1e trimestre 24."

Seth Klarman, PDG du Baupost Group : "L'objectif de la Fed est de réduire la chaleur de l'économie et l'un des moyens d'y parvenir est de déclencher une sorte de récession... donc peut-être au début de 2024."

Aujourd'hui, les données économiques américaines montrent une économie résistante qui, avec un peu de chance, pourrait défier ces prédictions...

La confiance des consommateurs a augmenté plus que prévu, atteignant son niveau le plus élevé depuis janvier 2022 ; la part des personnes interrogées qui s'attendent à une récession a diminué de quatre points de pourcentage (bien qu'elle reste élevée, à 69,3 %).

Le marché du logement, qui est généralement le premier indicateur d'un ralentissement, a également fait preuve d'une vigueur surprenante. En mai, les ventes de logements neufs ont augmenté de 12,2 % par rapport à avril, alors que les économistes s'attendaient à une baisse de 1,2 %. Les prix des logements ont augmenté de 1,3 % d'un mois sur l'autre en avril, selon l'indice Case-Shiller, un indicateur très surveillé.

La demande de biens durables, qui sont généralement des achats importants tels que des téléviseurs et des équipements de transport nécessitant des paiements à long terme, s'est accélérée de 1,7 % en mai. C'est plus rapide que l'augmentation de 1,2 % enregistrée en avril et bien plus que l'estimation du Dow Jones, qui tablait sur une baisse de 1 %.

Toutes ces données montrent que le consommateur américain n'a pas encore succombé à la hausse des taux d'intérêt et à l'affaiblissement (apparent) des perspectives économiques. Et si les prévisions de Chris Senyek, stratège en chef de Wolfe Research, selon lesquelles "le consommateur américain sera le principal moteur des perspectives économiques" s'avèrent exactes, cette force du consommateur pourrait permettre à l'économie américaine de rebondir après la récession, en dépit d'un grand nombre de votes.

^GSPC

S&P 500

^GSPC
5,427.13 -128.61 -2.31%

Si vous en avez assez des messages contradictoires, prenez-les avec un grain de sel. Lorsque nous serons au plus bas, profitez des soldes et des réductions. En attendant 😁 C'est formidable de voir les mois verts depuis le début de l'année. En revanche, même si le marché se montre solide, attention aux achats sur les sommets. Personnellement, j'agis comme si je ne vendais pas encore mes bénéfices et que je conservais mes positions. Je ne fais pas beaucoup d'achats en ce moment, juste de petits achats dans des sociétés comme $DIS-1.3% $O-0.4% $WPC-0.8% $ENB+0.3% ou $CVS+1.0%, puis je trouve des titres bien découpés dans le Top10 de Buffett comme $BAC-0.5% ou $OXY-0.6% que j'envisage également d'acheter. Toutefois, comme cela a également été mentionné ici, il faut faire attention au secteur des FPI où les espaces de bureaux sont fortement représentés. Je vous souhaite une bonne journée et j'attends avec impatience vos points de vue. 😊


No comments yet
Timeline Tracker Overview