L'histoire illusoire d'une économie forte et d'une inflation en baisse

L'évolution favorable de l'inflation au cours des derniers mois, qui a été rachetée par une intense correction du marché, commence à être prise en défaut.

L'économie forte

Les nouvelles statistiques économiques publiées depuis le début de l'année montrent que l'économie occidentale est toujours forte. Le marché du travail est robuste, le consommateur dépense, les entreprises ne licencient pratiquement pas, les ventes des entreprises augmentent sainement et les bénéfices se corrigent peu.

Les représentants des entreprises sont de plus en plus optimistes quant aux perspectives économiques futures, selon les sondages et les enquêtes tels que le PMI. Les marchés d'actions sont largement dans le vert et les rendements obligataires sont en baisse depuis fin 2022, ce qui donne l'image d'une économie résiliente, loin de toute version de récession. Tout cela à la lumière d'une inflation en baisse continue par rapport à ses sommets au cours des derniers mois. La situation semble rose, pas de récession, l'inflation se dirige vers l'objectif de 2%, les taux d'intérêt vont certainement baisser plus tard cette année.

Prise de conscience

Cependant, les marchés ignorent un fait fondamental qui est soutenu par les données historiques et la théorie économique. L'affaiblissement de l'inflation est subordonné à l'affaiblissement de l'activité économique. En d'autres termes, il semble peu probable que l'inflation puisse être maîtrisée pour atteindre l'objectif de 2 % sans un ralentissement significatif de l'économie. D'autant plus que la désinflation observée jusqu'à présent a été largement alimentée par la chute des prix de l'énergie, qui ne se poursuivra pas longtemps. Les mesures de relance monétaire et budgétaire post-pandémique sans précédent ont créé les conditions d'un environnement de croissance extrême. Le prix des actifs a grimpé en flèche, la richesse des gens s'est multipliée, les entreprises n'ont pas pu répondre à la demande, les bénéfices ont grimpé en flèche et l'activité économique a explosé vers le haut.

Cette expérience a eu pour effet secondaire (très prévisible) une forte inflation, qui n'a jamais été aussi élevée depuis des décennies. La hausse des prix ne doit pas être sous-estimée, car si elle devient incontrôlable, elle pourrait créer une "spirale de la mort" susceptible d'anéantir l'ensemble du système économique. La bonne nouvelle pour les économies développées est que les banques centrales indépendantes ne laisseront jamais les choses aller aussi loin, quel qu'en soit le coût. Elles disposent d'outils efficaces pour le faire.

La mauvaise nouvelle, c'est qu'elles devront probablement freiner considérablement l'économie actuelle. Si l'inflation a été causée par une période d'activité économique extrêmement élevée, il faut alors une activité économique faible ou négative pour ramener l'inflation à un niveau acceptable. Plus le ralentissement est prononcé, plus l'inflation reviendra rapidement à la normale.

Le marché obligataire a commencé à prendre conscience de ce fait après une série de points de données indiquant une économie robuste cette année : un taux de chômage bas record, des embauches incessantes, une croissance des salaires forte bien qu'en baisse, une forte activité des consommateurs et leur épargne élevée, des prix des intrants toujours en hausse significative dans les entreprises et des prix des actifs en hausse. En conséquence, les rendements obligataires ont grimpé en flèche ces dernières semaines, l'obligation d'État américaine à 10 ans rapportant désormais 3,95 % et l'obligation à 2 ans rapportant le plus dans ce cycle, à 4,73 %. Le dollar américain a également commencé à se renforcer. Vient ensuite la prise de conscience des investisseurs et, comme nous le savons, les investisseurs particuliers qui ont mené la hausse des actions depuis le début de l'année sont généralement les derniers à vendre (aux plus bas) et les derniers à acheter (aux plus hauts). Cela représente un risque pour la tarification actuelle relativement riche des titres de participation en Europe et aux États-Unis. Il est intéressant de noter que les investisseurs institutionnels n'investissent pas massivement en ce moment, mais attendent plutôt. Le récent rallye est donc principalement le fait d'investisseurs individuels.

Quelle sera la prochaine étape ?

Selon la logique, les banquiers centraux vont maintenant resserrer leur politique. Cela pourrait porter les taux d'intérêt bien au-delà du niveau de 5,1 % qu'ils ont jusqu'ici prévu comme valeur terminale des taux d'intérêt américains. En effet, si cela ne se produit pas et que les effets des hausses des taux d'intérêt jusqu'à présent, qui doivent encore se répercuter sur l'économie, s'avèrent insuffisants, l'inflation serait ancrée dans l'économie. Se débarrasser d'une telle inflation est beaucoup plus douloureux. Les banques centrales ont donc le choix : soit elles traversent une période de douleur brève mais intense, soit elles décident de faire traîner les choses en longueur jusqu'à ce que l'inflation se stabilise à l'objectif de 2 %. Nous saurons ce qu'elles choisissent, le cas échéant, lors des prochaines réunions. La Fed américaine doit se réunir le 21 mars et la Banque centrale européenne le 16 mars.


Veuillez noter qu'il ne s'agit pas d'un conseil financier.


No comments yet
Timeline Tracker Overview