Analyse de Kofola : Une entreprise de qualité où l'on trouve stabilité et force comme dans l'entreprise américaine Coca…

Le géant des boissons, qui occupe une position importante non seulement sur le marché tchèque dans le secteur des boissons non alcoolisées. Tout le monde le connaît, tout le monde a bu son produit. Sans exagération, on pourrait l'appeler le Coca-Cola tchèque. Voyons pourquoi vous ne devez pas négliger ce représentant fort de la Bourse de Prague dans vos investissements.

Présentation de Kofola

Kofola ČeskoSlovensko a.s., avec ses filiales, produit et distribue des boissons non alcoolisées en République tchèque, en Slovaquie, en Slovénie, en Croatie, en Pologne et à l'international. Elle propose des boissons gazeuses et non gazeuses, de l'eau, des sirops, des confitures, des boissons énergisantes et isotoniques, des jus de fruits frais, des bars à légumes et à salades, des tisanes et des mélanges de grains de café. La société propose ses produits principalement sous les marques Kofola, Vinea, Radenska, Studenac, Korunní, Rajec, Ondrášovka, Kláštorná Kalcia, Jupí, Jupík, Semtex, UGO, Leros, Café Reserva, Trepallini, Rauch, Evian, Badoit, Vincentka et Dilmah, ainsi que sous des marques privées pour des tiers, tels que des chaînes de supermarchés. Elle est également engagée dans la fourniture de services de transport routier, la concession de licences de marques, les activités de marketing et l'exploitation d'un réseau de bars frais. L'histoire de Kofola remonte au XIXe siècle.

Source : pse.cz

L'introduction en bourse de la société a eu lieu en 2015. L'action de Kofola se négocie actuellement à 275 CZK, son cours ayant chuté de près de 16 % au cours de l'année écoulée. La capitalisation boursière s'élève actuellement à 5,82 milliards de CZK. Au cours des 12 derniers mois, le ratio PE s'établit à 19,7, ce qui est assez surévalué pour un fabricant de boissons.

Points forts

Commençons par les ventes, qui ont été irrégulières ces dernières années. Un record de 7,15 milliards de dollars canadiens a été atteint en 2015, et l'entreprise ne s'est pas approchée de ce chiffre depuis. L'année dernière, la société a réalisé un chiffre d'affaires de 6,64 milliards de couronnes tchèques, soit une amélioration de 7,53 % par rapport à 2020. Le bénéfice brut a atteint 2,926 milliards de couronnes tchèques l'année dernière, ce qui suit la tendance des quatre dernières années à maintenir les marges brutes à plus de 44 %. C'est tout à fait acceptable compte tenu de l'activité de Kofola.

Nous pouvons maintenant passer à l'EBITDA et au bénéfice net. Kofola ne rapporte que l'EBITDA, qu'elle calcule comme le bénéfice/la perte d'exploitation plus la dépréciation et l'amortissement. Normalement, les frais d'intérêt et les impôts sont ajoutés à l'EBITDA. Ainsi, comme le rapporte Koyfin, l'EBITDA était de 912,5 millions l'année dernière, soit une amélioration de 7,4 % par rapport à 2020. La marge d'EBITDA a été supérieure à 13 % au cours des 5 dernières années. Le bénéfice net était de 248,8 millions l'année dernière, une amélioration décente de 85 % par rapport à 2020, mais nous devons tenir compte de l'année de perte 2018. Le PE a été autour du niveau 20 au cours des dernières années, mais a augmenté de manière significative en 2020 lorsque le bénéfice a été réduit en raison de la covide.

Source.

Résultats financiers

En ce qui concerne les bénéfices des entreprises, je suis toujours plus intéressé par les segments et la répartition géographique des revenus et leur évolution. La majeure partie de l'argent provient du segment CzechoSlovakia, c'est-à-dire des ventes de boissons en République tchèque et en Slovaquie. Au total, la société a réalisé 4,796 milliards de couronnes tchèques dans ces régions l'année dernière, ce qui représente 72,3 % de ses recettes totales. Il s'agit d'une légère baisse par rapport à 2020, où cette part était de 73 %. La deuxième plus grande part est représentée par le segment adriatique, c'est-à-dire la Slovénie et la Croatie, qui a généré 1,231 milliard de couronnes tchèques l'année dernière, soit 18,6 % des ventes. Il est intéressant de noter que la part des ventes dans ces pays a augmenté de 0,9 %. Le dernier segment est celui des produits frais et des herbes aromatiques, auquel appartient la société polonaise, mais aussi la société tchèque Ugo ou la société slovaque Leros. Kofola a gagné 9,1% des ventes ici l'année dernière.

Source : investor.kofola.cz

Quels sont les produits spécifiques qui rapportent le plus ? Comme on peut le voir dans l'écran ci-dessous, les boissons gazeuses occupent la première place, rapportant 2,527 milliards de couronnes tchèques en 2021, soit une part de 38 %. Les eaux suivent de près, avec des ventes totales de 2,213 milliards de CZK et une part de 33,4 %. Les boissons plates ont ensuite une part de 9,1%, les sirops une part de 7,7%, les barres fraîches et les salades une part de 3,7% et le reste des produits une part de 8%. L'augmentation dans le segment Eau inclut l'impact de l'acquisition d'ONDRÁŠOVKA et de Karlovarská Korunní (l'acquisition a eu lieu au T2 2020) et l'augmentation dans le segment Autres est principalement due aux ventes de produits LEROS et Premium Rosa, mais aussi aux ventes de produits énergétiques Semtex.

Source : investor.kofola.cz

Dans l'écran suivant, nous pouvons encore voir la répartition géographique des ventes, qui est entrelacée avec les trois principaux segments déjà mentionnés.

source : investor.kofola.cz

Dans le bilan, nous pouvons remarquer que Kofola possède 7,235 milliards de CZK d'actifs, ce qui est 4% de moins qu'en 2020. Ici, les actifs fixes sont prédominants, numériquement c'est 5,306 milliards de CZK, ce qui est une diminution de 6,6% par rapport à 2020. Le poste de loin le plus important est le terrain, les bâtiments et les équipements. C'est logique, car cela inclut, par exemple, les halls dans lesquels se déroule la production de leurs produits. Ces actifs représentaient plus de 60% des actifs fixes. Le deuxième poste le plus important est celui des actifs incorporels, qui comprennent les brevets ou les marques. Les actifs incorporels représentent au total 23,5 % des actifs immobilisés. Il a diminué par rapport à l'année précédente, principalement en raison des amortissements.

Source : investor.kofola.cz

Les changements dans le passif ont été commentés par l'entreprise comme suit. La diminution des prêts et emprunts bancaires est le résultat de remboursements réguliers et également du remboursement partiel de la facilité de découvert de la société. Les réserves du cabinet ont augmenté en raison de la hausse des rémunérations des employés et des provisions liées aux litiges. La diminution des autres passifs à long terme est liée à la dissolution d'une créance sur une subvention gouvernementale. Les dettes commerciales et autres dettes ont augmenté en raison de la hausse des dettes commerciales, des dettes CAPEX et des avances reçues pour les emballages consignés.

source : investor.kofola.cz

La dernière partie importante du rapport annuel est le cash-flow, où je me concentrerai sur le free cash-flow (FCF). Le flux de trésorerie disponible est l'argent qui reste à l'entreprise après avoir payé les dépenses d'exploitation et les dépenses en capital. L'année dernière, la société s'est retrouvée avec un FCF de 864,5 millions, ce qui est clairement son meilleur résultat depuis des années. En comparaison, en 2020, la trésorerie disponible de la société s'élevait à 303,6 millions de CZK, soit une amélioration de 185 %. Certes, il s'agit d'un bond extraordinaire, mais s'il se maintient sur le long terme, le crédit de l'entreprise s'en trouvera considérablement renforcé. Pourquoi y a-t-il eu une augmentation aussi soudaine ? Tout d'abord, le flux libre d'exploitation a augmenté de manière significative et les dépenses d'investissement (CAPEX), dont les montants plus élevés dans le passé étaient dus aux investissements dans les équipements de production, ont diminué.

Dividendes

Enfin, je voudrais mentionner les dividendes. Au cours de l'année écoulée, Kofola a versé un total de 288,095 millions de CZK à ses actionnaires. La société a maintenu les dividendes au même niveau depuis 2018, à 13,5 CZK par action. Le cours actuel de l'action, qui est de 274 CZK, implique donc un rendement de dividende décent de près de 5 %. Dans le cadre des dividendes, nous sommes toujours intéressés par le ratio de distribution, c'est-à-dire la part de ses bénéfices que l'entreprise distribue aux actionnaires Dans le cas de Kofola, il est supérieur à 93%, ce qui est considérable. D'autre part, nous trouverions de nombreux cas dans le monde où le ratio de distribution est maintenu au-dessus de 100 % pendant une longue période et où les entreprises sont toujours en bonne santé financière.

Résumé

En termes de chiffres, je mentionnerai la dette totale, qui est assez élevée, à 3,84 milliards de CZK pour l'année dernière. Toutefois, il s'agit déjà d'une réduction de 12,5 % par rapport à l'année de convention 2020. Espérons que cette tendance se maintiendra.

Ne prenez pas la comparaison avec Coca-Cola au pied de la lettre. Coca-Cola a, bien sûr, une solidité financière totale et est le meilleur de son secteur. Je faisais plutôt allusion à la similitude des produits et à l'étendue de l'activité. Coca-Cola est une grande entreprise d'envergure internationale qui ne se résume pas à une boisson que nous connaissons tous. C'est important pour moi. Elle a le potentiel de développer de plus en plus sa marque dans des pays comme la Pologne, la Croatie et d'autres. Personnellement, je ne prévois pas encore d'y investir, mais c'est certainement un titre intéressant. Juste du point de vue de la diversification. Un fabricant de boissons, même si cela peut sembler ennuyeux, trouvera toujours ses clients.

Il ne s'agit pas d'une recommandation d'investissement. Le texte ne sert que d'inspiration pour votre propre analyse avant un éventuel investissement.

Lire l'article complet gratuitement?
Alors continuez 👇

Vous avez un compte ? Puis connectez-vous . Ou en créer un nouveau.

No comments yet
Timeline Tracker Overview