Le pire de la crise pétrolière semble avoir été évité pour l'instant. Quelle est la prochaine étape ?

Chacun d'entre nous a probablement été affecté d'une manière ou d'une autre par les récents événements liés à la hausse des prix du carburant. Soit directement, soit indirectement. Mais de toute évidence, il semble que nous ayons échappé au pire. L'Agence internationale de l'énergie a déclaré mercredi que la pire crise de l'approvisionnement en pétrole depuis des décennies montre de vagues signes d'apaisement alors que le ralentissement de la croissance économique pèse sur la demande de pétrole, tandis que les sanctions imposées à la Russie ont moins d'impact que prévu sur la production de pétrole.

Une lueur d'espoir. Nous sommes peut-être sortis des bois !

L'agence basée à Paris a réduit ses prévisions de demande de pétrole pour cette année et l'année prochaine. Dans son rapport mensuel sur le marché pétrolier, très surveillé, elle indique que les prix historiquement élevés du baril de pétrole découragent les consommateurs, tandis que l'affaiblissement de la croissance économique mondiale - lui-même produit d'une inflation élevée et des politiques des banques centrales - mine la demande.

Entre-temps, les producteurs américains et canadiens ont fait preuve de diligence pour augmenter la production mondiale, et les sanctions imposées à l'industrie pétrolière russe ont eu moins d'impact sur ses niveaux de production que prévu initialement.

Cette combinaison montrait déjà des signes potentiels de peser sur les prix du pétrole, qui ont grimpé à plus de 120 dollars le baril après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, mais ont fortement chuté le mois dernier.

Les principaux producteurs de pétrole ont lentement augmenté leur production au même rythme que la reprise de la demande mondiale. Les sanctions occidentales imposées à la Russie ont empêché l'un des plus grands exportateurs de pétrole du monde de fournir des millions de barils de brut, bien que le pays cherche d'autres acheteurs en Chine et en Inde.

https://www.youtube.com/watch?v=Ti1EfZ2l1sU

Les prix élevés du pétrole sont bons pour l'OPEP+, une alliance de pays producteurs de pétrole qui contrôle plus de la moitié de la production mondiale. Shelby Holliday, du WSJ, explique comment les pays de l'OPEP+ gèrent cette manne et pourquoi il est peu probable qu'ils prennent leurs distances avec la Russie.

Pendant ce temps, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole, l'union des plus grands producteurs de pétrole du monde, peine à atteindre les objectifs prévus en matière d'augmentation progressive de la production. Selon les analystes, les membres du groupe sont sur le point de pomper le pétrole à leur capacité maximale. Le membre principal, l'Arabie saoudite, a été réticent à augmenter sa production pour compenser la perte du pétrole russe. L'OPEP s'est associée à la Russie et à un groupe d'autres producteurs dans un groupement appelé OPEP+.

Selon l' AIE, ces prix élevés commencent à décourager la demande de pétrole. L'agence a réduit son estimation de la demande pour cette année de 240 000 barils par jour, à 99,2 millions de barils par jour. La demande en 2023 sera également inférieure de 280 000 barils par jour aux prévisions antérieures, pour atteindre 101,3 millions de barils par jour, selon le rapport.

L'AIE s'attend toutefois à ce que l'impact sur la demande soit modeste, car la reprise économique de la Chine a contribué à compenser la baisse de la demande de pétrole dans d'autres régions du monde.

L'agence a augmenté son estimation de l'offre pour cette année de 300 000 barils par jour, pour atteindre 100,1 millions de barils par jour. L'AIE a relevé son estimation de la production pétrolière russe pour cette année de 240 000 barils par jour, pour la porter à 10,6 millions de barils par jour. En juin, l'offre mondiale de pétrole a augmenté de 690 000 bpj pour atteindre 99,5 millions de bpj, principalement en raison d'une production russe meilleure que prévu.

Les sanctions ont pesé lourdement sur les exportations de pétrole russe, mais la hausse des prix du pétrole a permis à Moscou de gagner beaucoup plus qu'avant la guerre, selon les données de l'AIE. Les exportations de pétrole de la Russie sont tombées en juin à leur plus bas niveau depuis août 2021, mais les revenus des exportations de pétrole ont augmenté de 700 millions de dollars pour atteindre 20,4 milliards de dollars, soit 40 % de plus que la moyenne de 2021.

Avertissement : ceci n'est en aucun cas une recommandation d'investissement. Il s'agit purement d'un résumé et d'une analyse de ma part, basés sur des données provenant de l'internet et de plusieurs autres analyses. Investir sur les marchés financiers est risqué et chacun doit investir en fonction de ses propres décisions. Je ne suis qu'un amateur qui partage ses opinions.


No comments yet
Timeline Tracker Overview