Dans le portefeuille secret de Warren Buffett, seules ces 3 sociétés représentent 86%. De quelles actions s'agit-il ?

Les actions de Warren Buffett sont examinées de près. Aucun investisseur n'est aussi surveillé et admiré que lui. J'ose dire que son portefeuille Berkshire Hathaway suffirait à faire perdre la tête à beaucoup d'entre nous. Cependant, tout le monde n'est pas encore au courant d'un autre portefeuille qui ne relève pas de cette société, mais de New England Asset Management, qui appartient également à l'Oracle d'Omaha.

Ces actions "secrètes" sont également détenues dans une large mesure par Berkshire Hathaway.

En juin 1998, Berkshire Hathaway a acheté la compagnie d'assurance General Re pour 22 milliards de dollars. L'un des secteurs d'activité que la société de Buffett a acquis avec ce rachat est une société spécialisée appelée New England Asset Management. Bien que Buffett ne soit pas responsable des 6,31 milliards de dollars d'actifs gérés par New England Asset Management, ces actifs sont en fin de compte la propriété de Berkshire Hathaway.

Il est intéressant de noter que, bien que ce portefeuille secret de Buffett contienne plus de 160 positions distinctes, 86 % des actifs investis sont liés à seulement trois actions.

1. Apple $AAPL+1.3% - 56,6

La principale participation de New England Asset Management, Apple, est également la principale participation de Berkshire Hathaway. Toutefois, si Apple représente 39,4 % des actifs investis par Berkshire, New England Asset Management en représente 56,6 %.

Apple est une société que Warren Buffett, et vraisemblablement d'autres gestionnaires de fonds, aiment systématiquement. Elle a des clients extrêmement fidèles, est l'une des marques les plus reconnues au monde et ses innovations ont fait grimper les ventes et les bénéfices à des niveaux sans précédent.

Source.

Par exemple, les produits physiques d'Apple ont familiarisé les clients avec sa marque pendant des décennies. Au premier trimestre, Apple détenait une part de 50 % du marché américain des smartphones. Si l'on exclut le troisième trimestre de 2021, l'iPhone d'Apple a capté au moins la moitié des ventes de smartphones aux États-Unis depuis le lancement des versions compatibles avec la 5G, selon les données de Counterpoint Research.

Mais l'avenir d'Apple ne se résume pas aux ventes de smartphones, de tablettes et d'ordinateurs portables. Le PDG Tim Cook supervise une transition sur plusieurs années qui met l'accent sur les services prépayés. L'accent mis sur les abonnements devrait renforcer la fidélité à lamarque, augmenter régulièrement les marges d'exploitation et minimiser les fluctuations des ventes qui accompagnent généralement les cycles de remplacement des produits. En d'autres termes, Apple n'abandonne pas les produits que les clients aiment encore. Elle est en train de réaliser son potentiel en tant que fournisseur de plateforme.

Aucune discussion sur Apple n'est complète sans mentionner son gigantesque programme de retour sur investissement. Depuis l'introduction des rachats d'actions en 2013, Apple a englouti près de 500 milliards de dollars de ses propres actions ordinaires. Elle reverse également près de 14,9 milliards de dollars par an aux actionnaires sous forme de dividendes.

2. U.S. Bancorp $USB-+0.5% 14,9 %.

La deuxième participation la plus importante du portefeuille secret de Warren Buffett est constituée d'actions de la banque régionale U.S. Bancorp, qui est la société mère de la plus connue U.S. Bank.

Alors que Berkshire Hathaway possède plus de 126 millions d'actions de U.S. Bancorp, New England détenait environ 17,7 millions d'actions à la fin du premier trimestre. Cela représente 14,9 % des 6,3 milliards de dollars d'actifs investis de la société.

Source.

L'une des raisons pour lesquelles U.S. Bancorp est si populaire parmi les gestionnaires de fonds performants est la prudence fiscale de sa direction. Par le passé, les investissements plus risqués dans les produits dérivés ont mis les banques en difficulté. Quant à U.S. Bancorp, elle s'en tient essentiellement au secteur bancaire : elle se concentre principalement sur la croissance des prêts et des dépôts.

Les tendances en matière d'engagement numérique sont sans doute encore plus impressionnantes. Au 28 février 2022, 82 % de toutes les transactionsont été effectuées par voie numérique (en ligne ou via une application mobile), dont 65 % des ventes de prêts. À titre de comparaison, début 2020, seulement 45 % des ventes de prêts étaient réalisées en ligne ou via une application mobile. Les transactions numériques sont nettement moins coûteuses pour les banques que les interactions en face à face ou par téléphone. Le fait que l'entreprise ait réussi à encourager les utilisateurs à effectuer leurs opérations bancaires par voie numérique lui permet de réduire les coûts hors intérêts en consolidant certaines agences.

Bien que les craintes d'une récession aux États-Unis aient fait baisser le cours de l'action de U.S. Bancorp, rien n'indique pour l'instant que la banque régionale la plus stable du pays ait un problème.

3. Bank of America $BAC--0.5% 14.9%.

Par coïncidence, la troisième plus grande participation dans le portefeuille secret de Warren Buffett est une autre action qui est très bien classée par Berkshire Hathaway. La Nouvelle-Angleterre détenait plus de 22,7 millions d'actions de Bank of America à la fin du premier trimestre, soit 14,9% de ses actifs investis. En comparaison, Berkshire Hathaway possède plus d'un milliard d'actions de BofA, ce qui représente environ 10 % de ses actifs investis.

Source.

L'attrait de la Bank of America pour Warren Buffett peut être attribué à trois points clés.

Premièrement, les actions bancaires sont cycliques, ce qui permet au devin d'Omaha de tirer parti d'un simple jeu de chiffres qui favorise les investisseurs à long terme. Buffett est bien conscient que les récessions sont une partie inévitable du cycle économique. Toutefois, les récessions ne durent généralement que quelques mois ou quelques trimestres. À l'inverse, les expansions économiques s'étendent généralement sur plusieurs années. L'achat d'actions de banques bien capitalisées permet à Buffett et à sa société de profiter de l'expansion naturelle de l'économie américaine et mondiale au fil du temps.

Deuxièmement, BofA est la plus sensible aux taux d'intérêt de toutes les grandes banques. L'inflation américaine atteignant son plus haut niveau depuis quatre ans, la banque centrale du pays n'a eu d'autre choix que de relever les taux d'intérêt de manière agressive. Cette augmentation de taux devrait accroître le potentiel de revenu net d'intérêt des institutions financières sur les prêts à taux variable en cours. En avril, Bank of America a estimé qu'un déplacement parallèle de 100 points de base de la courbe des taux d'intérêt lui rapporterait 5,4 milliards de dollars supplémentaires en revenus nets d'intérêts sur 12 mois.

Et troisièmement, Buffett doit aimer ce qu'il voit dans les initiatives de numérisation de la banque. Bien que U.S. Bancorp soit un pionnier de la banque numérique parmi les grandes institutions financières, BofA a gagné 5 millions d' utilisateurs numériques actifs au cours des trois dernières années. Plus important encore, le pourcentage de ventes de prêts réalisées par voie numérique est passé de 30 à 53 % au cours de la même période. Cette poussée numérique constante aide BofA à consolider ses agences physiques et à accroître son efficacité opérationnelle.

Avertissement : Ceci n'est pas une recommandation d'investissement, inspirée par le texte de Sean Williams. Je ne suis pas un investisseur professionnel.


No comments yet
Timeline Tracker Overview