1 prédiction positive et 2 prédictions effrayantes qui pourraient se réaliser cette année

Le premier semestre de 2022 est déjà terminé, marqué principalement par des baisses et une forte volatilité. Mais la question demeure : que peut-il se passer au cours du second semestre ? Aujourd'hui, nous examinons 3 prédictions qui sont étayées par des faits, ce qui pourrait signifier qu'elles se réalisent. Dans ces prédictions, nous nous concentrerons principalement sur la récession, le secteur de l'énergie et, enfin, nous examinerons un secteur qui pourrait être gagnant à la fin de l'année.

La première moitié de l'année 2022 s'est impitoyablement terminée la semaine dernière. L'indice S&P 500 a chuté d'environ 20 %, soit le pire démarrage de l'indice depuis 1970. Le Nasdaq a chuté d'environ 30 %, tandis que le Russell 2000 à petite capitalisation a perdu près de 25 %.

Les actions se sont effondrées au cours du premier semestre de l'année en raison de l'inflation la plus élevée depuis le début des années 1980, des prix record du gaz et du pétrole, de la mauvaise humeur des consommateurs et de la hausse des taux d'intérêt. La guerre en Ukraine n'a fait qu'exacerber ces difficultés et le conflit risque de s'éterniser au moins jusqu'à la fin de l'année, aucun pourparler de paix sérieux n'étant actuellement en cours.

Que va donc apporter le second semestre 2022 aux investisseurs malmenés ?

1) Les craintes de récession se sont avérées fondées :

L'administration américaine et d'autres responsables gouvernementaux continuent de prétendre qu'une récession n'est pas"inévitable". Malheureusement, nombre de ces fonctionnaires ont affirmé que l'inflation serait"temporaire" et"transitoire". Cependant, nous ne connaissons que trop bien le résultat de cette inflation temporaire 😄.

Le fait est que, pour la plupart des consommateurs, la récession a déjà commencé. Avec une croissance des salaires de 5 à 6 % par an et une inflation atteignant 8 %, le consommateur moyen perd du pouvoir d'achat jusqu'à 15 mois d'affilée. Le taux d'épargne moyen des consommateurs est repassé sous la barre des 5 %, son plus bas niveau depuis 2008.

Les tranches de revenus inférieures et moyennes ont été particulièrement touchées par la hausse des prix, car une grande partie de cette population fait la navette ou loue. Les loyers ont augmenté par rapport aux années précédentes, l'essence a augmenté de plus de 50 % et les prix des denrées alimentaires ont augmenté de plus de 10 % ; ces consommateurs ont été mis dans une situation difficile. Ils risquent d'être rejoints à brève échéance par les couches supérieures de revenus.

  • Le marché boursier s'est pratiquement évaporé au cours du premier semestre de l'année, perdant quelque 11 000 milliards de dollars.

Un autre problème pourrait être les licenciements, qui augmenteront aussi progressivement dans les mois à venir, à mesure que l'économie entrera en récession. Le moral des consommateurs, qui est déjà à un niveau historiquement bas, continuera à baisser.

Étant donné que lesconsommateurs représentent près de 70 % de l'économie, il est facile de comprendre pourquoi les projections économiques sont encore revues à la baisse. La Fed d'Atlanta vient d'abaisser radicalement ses prévisions de croissance du PIB pour le deuxième trimestre, à moins 2,1 %. Si cette prévision est même proche de la réalité, le pays est déjà en récession technique après une performance négative de 1,6 % au premier trimestre de cette année, que les"experts" ont attribuée à des"ajustements temporaires". Cela vous semble familier ? Reconnaître que le pays est en récession sera un thème récurrent cet été.

2) Le secteur de l'énergie met fin à ses performances :

Le secteur de l'énergie a été l'un des rares points brillants du marché au premier semestre de l'année. Le Energy Select Sector SPDR ETF($XLE-1.1%) a progressé de près de 25 % alors que la plupart des autres marchés boursiers étaient en baisse (en dehors du secteur de l'énergie, bien sûr). Le secteur a bénéficié de la flambée des prix du pétrole et du gaz naturel. Cette situation est due en partie à la guerre en Ukraine et aux sanctions occidentales contre les exportations énergétiques russes.

Malheureusement, mais de manière prévisible, ces politiques n'ont pas fonctionné comme prévu. La Russie engrange des recettes record dans un contexte de flambée des prix de l'énergie, et le rouble, qui a atteint son plus haut niveau depuis plusieurs années, est désormais la monnaie la plus performante du monde. Pendant ce temps, le consommateur occidental a dû faire face à des prix record de l'essence.

Cette semaine, j'ai écrit un article sur la façon dont JP Morgan pense que le pétrole pourrait atteindre 380 dollars le baril dans le pire des cas, lorsque la Russie réduit sa production de cinq millions de barils par jour.

Lien vers l'article ici : JP Morgan voit le prix du pétrole augmenter de 240% si ce scénario de représailles de la Russie se produit | Bulios

Historiquement, cependant, le remède aux prix élevés du pétrole - les prix élevés du pétrole. Le pétrole a dépassé les 145 dollars le baril en 2008, avant de connaître une chute libre massive lorsque les économies occidentales sont entrées dans une profonde récession en raison de la crise financière. Avec la récession qui se profile ici et en Europe, les prix de l'énergie semblent devoir baisser d'ici à la fin de 2022. Cela commence déjà à se refléter dans la forte baisse du secteur de l'énergie au cours des dernières semaines. La banque Citigroup prévoit que les prix du pétrole tomberont à 60-65 dollars le baril.

  • Si l'UE était assurée de trouver un autre fournisseur capable de répondre à ses exigences, je penserais même probablement que le prix pourrait baisser progressivement. Malheureusement, nous ne sommes pas dans cette situation. Qui plus est : Nous avons un autre problème potentiel ici 👇.

Les travailleurs offshore norvégiens se sont mis en grève mardi, ce qui réduira la production de pétrole et de gaz.

La grève, au cours de laquelle les travailleurs réclament des augmentations de salaire pour compenser l'inflation croissante, intervient dans un contexte de prix élevés du pétrole et du gaz.

"La grève a commencé", a déclaré Audun Ingvartsen, chef du syndicat de Lederne, dans une interview. L'opérateur Equinor a commencé à fermer trois champs en mer du Nord en raison de la grève, a déclaré la société mardi.

Pour plus d'informations sur ce sujet, voir ici : https://www.facebook.com/groups/bulios.club.czsk/permalink/727861848449214/.

3. enfin, les points positifs : le secteur de la santé pourrait être gagnant

Le secteur des soins de santé est considéré par la plupart des gens comme un secteur défensif dont les revenus résistent beaucoup mieux que la plupart des industries dans un scénario de récession.

Récession ou pas, les gens ont toujours besoin de se procurer leurs médicaments, de se faire vacciner et de subir les opérations chirurgicales nécessaires. Dans le même temps, l'activité de fusion et d'acquisition devrait s'accélérer au cours du second semestre de cette année.

Si nous regardons les performances de certains des géants du secteur :

  • Eli Lilly (LLY) a gagné 19,5 % depuis le début de l'année.
  • AbbVie (ABBV) est en hausse de 13,5 % depuis le début de l'année.
  • AtraZeneca (AZN) est en hausse de 27 % depuis le début de l'année.

Bien sûr, il y a des perdants dans le secteur :

  • Moderna (MRNA) est à -36,2% depuis le début de l'année.
  • Pfizer (PFE) est à -7,6% depuis le début de l'année.

Lorsque j'examine les performances du secteur pharmaceutique, je constate des résultats plutôt positifs (dans l'UE et aux États-Unis). Qui plus est : Les cas de covide sont à nouveau très répandus dans le monde, ce qui pourrait rapporter de gros profits à un certain nombre de sociétés bien connues. Sans parler des avancées majeures en matière de vaccins et de médicaments en comprimés contre les covidés.

Qu'en pensez-vous ? Le secteur pharmaceutique peut-il être le meilleur pour le second semestre de l'année ?

Conclusion

Alors, à quoi faut-il s'attendre ? À moins d'une profonde récession ou d'une escalade majeure de la guerre en Ukraine, je ne pense évidemment pas que le marché ait encore atteint son point le plus bas. Je m'attends à ce que la prochaine saison des résultats du deuxième trimestre soit marquée par une baisse des estimations des analystes dans la plupart des secteurs du marché, ce qui se traduira par une révision à la baisse des prévisions de résultats des cabinets d'analystes.

Par conséquent, mon allocation de liquidités s'approche peut-être d'un pourcentage exagéré de 30 %. Je suis confiant dans cette stratégie pour le moment et je pense être ainsi provisionné pour des achats d'opportunité plus importants qui pourraient également atténuer le taux de déclin du portefeuille.

Comment le voyez-vous ?

  • Sommes-nous déjà en récession ? Ou est-ce que c'est encore à venir ?
  • Les performances du secteur de l'énergie vont-elles s'affaiblir ?
  • Le secteur pharmaceutique pourrait-il être celui de 2022 ?

Veuillez noter qu'il ne s'agit pas d'un conseil financier. Chaque investissement doit faire l'objet d'une analyse approfondie.


No comments yet
Timeline Tracker Overview